Football Association Châteaurenardaise : site officiel du club de foot de CHATEAURENARD - footeo

le projet social

PROJET SOCIAL
« Au XXIe siècle, un club ne se doit-il pas de transmettre aux jeunes des valeurs éducatives, qui prennent en compte la dimension humaine et sociale de l’enfant. N’est-il pas dans sa mission de diversifier son activité pour rester en prise avec l’évolution et la réalité de la société qui est la nôtre ».
Le football est un vecteur d'intégration capable de recréer un lien social:
- Il peut constituer une première étape dans une démarche individuelle d'insertion, de formation et de professionnalisation
- Il est source d’épanouissement, et de bien être
- Il doit permettre la pratique de l'éducation physique et sportive
- Il doit permettre la lutte contre toutes les formes de discrimination, dont le racisme
- Il est un outil de socialisation du développement de la fonction éducative et social du sport
Les objets de ce projet sont :
la mise en œuvre d'une politique sociale visant à permettre aux jeunes de CHÂTEAURENARD d'intégrer le monde associatif dont ils sont éloignés pour différentes raisons
la création d'un lien social et le sentiment d'appartenance
la lutte contre l'exclusion sportive qui entraîne l'exclusion sociale
Sa durée est illimitée car il a pour objectif de représenter la ville de CHÂTEAURENARD.
La lutte contre les discriminations
1- la discrimination raciale :
Grâce au pouvoir unificateur du football, les gens doivent comprendre que la couleur de peau n'a aucune importance, dans le sport comme dans la vie quotidienne. Nous intégrons dans notre action, tous les enfants quelles que soient leurs origines, leurs races, leurs religions.
Comment envisageons-nous de lutter contre cette forme de discrimination ?
Nous montrons grâce à une attitude positive et à un état d’esprit, l’intérêt que porte cette structure dans l’accueil de tous les enfants dans le but de « mieux vivre ensemble ».
Le football est un outil pour rassembler ces jeunes, pour répondre à leur attente « ils veulent être respectés » pour leur apprendre la tolérance, le respect, la rigueur intellectuelle (s’imposer des règles), protester contre les plaisanteries et les insultes racistes.
2- la discrimination pécuniaire :
Souvent exclus des pratiques en tout genre pour des raisons pécuniaires, certains jeunes n’ont pas accès à l’insertion et l’épanouissement par le biais du sport.
Le manque de moyens financiers ne doit pas constituer un obstacle à la pratique sportive, culturelle et artistique.
Comment envisageons-nous de lutter contre cette forme de discrimination ?
Intégrer dans notre action, tous les jeunes sans mesure sélective liée à l’argent.
Aider les enfants les plus démunis à trouver des financements
Accompagner et guider ces jeunes vers des structures sociales capables de les aider. Utiliser les moyens connus et existants pour faire face à l’exigence financière d’une activité.
3- la discrimination sexuelle :
Soutenir et encourager l’intégration des filles, pour plus d’équité entre les sexes. Les femmes et les enfants battus, les humiliations à l’école, sont un creuset de souffrances et c’est dans cette souffrance que naissent, et grandissent certaines filles aujourd’hui.
Comment envisageons-nous de lutter contre cette forme de discrimination ?
Intégrer dans notre action, les filles et les associer aux garçons dans toutes les séquences éducatives et pédagogiques.
Apprendre aux garçons à respecter les filles, à les considérer comme des êtres à part entière.
4- la discrimination sur l’apparence :
Phénomène oublié auquel les jeunes sont sensibles, le « look », l’apparence physique et la façon de parler sont des critères qui entrent en compte dans le rapport de certains jeunes aux autres. Le sport est là pour faire oublier à certains enfants que l’importance des premières impressions, l’estime de soi ne doit pas constituer un handicap à l’intégration sportive et sociale.
Comment envisageons-nous de lutter contre cette forme de discrimination ?
Mettre le jeune en sécurité avec un sentiment de bienvenu quel que soit son âge, son sexe. Lui donner la possibilité d’acquérir une habilité et une souplesse physique et, d’appartenir à un groupe sportif dont il tire des satisfactions. Faire en sorte que les jeunes se sentent importants dans la structure mise en place et que l’on reconnaisse leur réussite, leurs progrès.
LUTTER CONTRE TOUTE LES FORME D'INCIVILITES
en proposant un cadre et des règles acceptées par le licencié.
en lui faisant respecter ces mêmes règles.
en étant intransigeant avec ceux qui dépasseraient le cadre ou les règles.
en étant en communication avec les organismes sociaux de la ville.
en étant à l'écoute des licenciés et des parents.